Delta Drone : des promesses qui se font toujours attendre

Par Thibaud Noël, le 16 Mars 2017

DELTA DRONE


Cours : 1,06€
Conseil : Achat
Objectif : 1,3€
Horizon : 3 mois

I. Présentation Générale

Fondé en 2011, Delta Drone est spécialisé dans la conception, la fabrication et la commercialisation de drones civils à usage professionnel destinés à des applications dans les secteurs de l’agriculture, la montagne, l’inspection industrielle, du BTP, des mines, de l’évènementiel, du tourisme et des loisirs. Par ailleurs, le groupe propose des prestations de conseil, d’assistance technique et de maintenance. La société a réussit dans le civil ce qui a été raté dans le militaire : la création d’une industrie de drones Made in France. En effet, deux ans à peine après sa création, Delta Drone est passé à une phase de production industrielle de ses engins de 2 à 4 kilos pièces.

Sur l’année 2015, Delta Drone affiche un résultat net d’environ – 5 547K d’euros et une trésorerie de 4 389K d’euros à la clôture. Introduit en bourse 2 ans seulement après sa création sur NYSE Alternext, Delta Drone a une capitalisation boursière de 28M d’euros.

II. Le secteur

1/ Son business

Le Groupe Delta Drone est un intégrateur de services de drones civils à usage professionnel, qui s’adresse à une clientèle ciblée en fonction de ses expertises métiers. L’expertise métier du Groupe provient de ressources internes (inspection industrielle), de filiales (MTSI pour les secteurs Mines & Carrières et Génie Civil, Hydrogéosphère pour le secteur de l’hydrologie), de participations (Zooomez pour les visites virtuelles de sites) ou encore de partenariats (Airbus DS, Arvalis et Terra Innovia pour l’agriculture de précision). Les solutions Delta Drone s’inscrivent dans une chaîne de valeur complète dont chaque étape est tracée au moyen d’un système de cloud computing exclusif, accessible en permanence et de manière sécurisée pour les clients du Groupe. Deux filiales support complètent le dispositif : Drone Safety & Legal gère l’ensemble du cadre légal et réglementaire, et l’Ecole Française du Drone forme les télé-pilotes de drones dans un cadre général et pour les missions spécifiques métiers. Hors de France, le groupe est présent en Italie, au Maroc, en Afrique du Sud et aux Etats-Unis à travers ces différentes filiales dont Delta Drone USA qui a pour vocation de porter divers accords de partenariat commerciaux avec des entreprises américaines. Néanmoins, la majorité de son CA est réalisé en France.
De plus, Delta Drone possède un réseau implanté dans le monde entier. Delta Drone Network est un réseau d’opérateurs de drones civils à usage professionnel en France et à l’international qui interviennent en tant qu’experts d’acquisition d’image par drones. Il fédère et regroupe des entrepreneurs indépendants désireux de vivre l’aventure du drone dans un cadre structuré et bénéficiant des meilleures pratiques techniques, organisationnelles et légales.

D1

2/ Ses systèmes

Delta Drone possède plusieurs systèmes avec des objectifs différents. Voici quelques systèmes qui font la reconnaissance du groupe.
Delta Drone conçoit et fabrique des systèmes de drone (vecteur aérien, station de contrôle au sol, logiciels embarqués, logiciels de plans de vol), qui sont obligatoirement opérés en liaison avec le système deltadrone CIS, de manière à assurer en toutes circonstances un niveau maximum de sécurité ainsi qu’une parfaite traçabilité des missions. Cette stratégie résulte de trois considérations : la volonté de disposer de matériels strictement conformes à la réglementation, dotés de tous les équipements de sécurité, le respect des règles européennes et internationales en matière d’exportations et le choix stratégique de ne pas utiliser des drones en provenance de pays ou de fabricants qui ne respectent pas les règles relatives aux produits et technologies à double usage. Ainsi, Delta Drone fabrique le Delta X qui est un drone de type hélicoptère. Grâce sa légèreté (5,8kg), le Delta X est adapté pour tous travaux de précision ou dans des environnements aériens complexes. Le groupe fabrique également le Delta Y qui est quant à lui un vecteur aérien de type avion. Il permet de couvrir de longues distances et d’effectuer des vols à 150 m de hauteur ; c’est pourquoi, il est préconisé pour les travaux sur des surfaces étendues, ou des distances importantes.

Le système Helley-Smith est un système développé en son temps par l’USGS (United States Géological Survey) destiné à réaliser des prélèvements de sédiments en déplacement dans une tranche de 10 à 15 cm au-dessus du fond du lit des cours d’eau. Le déplacement des matériaux est étroitement fonction du débit du cours d’eau, autrement dit plus le débit est élevé, plus la rivière est capable de transporter des éléments de plus en plus gros. In fine, ce type de mesure à un très grand intérêt pour plusieurs raisons : il permet d’aider à définir à quelle vitesse par exemple peuvent se remplir des retenues de barrage, et donc à améliorer la continuité écologique des cours d’eau en laissant passer les sédiments par vannages aux moments propices.

3/ Analyse macro-économique du secteur des drones civils

Après des débuts timorés, le marché des drones civils devrait décoller grâce aux usages professionnels et la France se place comme pionnière dans ce secteur. En effet, si la France a raté le virage des drones de surveillance militaires MALE, au point d’acheter des dizaines de drones américains, des start-up françaises tels que Delta Drone, Parrot, ECA et Drone Volt, sont en train de prendre des positions de choix sur le marché civil. Ainsi, en France, le marché des drones civils pourrait s’élever à 652 millions d’euros en 2025, contre 155 millions d’euros en 2015. Cette croissance s’explique avant tout par le fort développement des usages professionnels. Alors que le marché des appareils de loisirs devrait passer de 90 millions d’euros en 2015 à 190 millions d’euros en 2025, celui des engins professionnels pourrait faire un bond de 65 millions d’euros à 461 millions d’euros.

Les médias sont les principaux utilisateurs de drones. En 2015, ils représentaient plus de la moitié du marché français de l’exploitation. Mais la situation pourrait changer notamment dans la sûreté et la surveillance linéaire grâce aux besoins de maintenance dans les réseaux d’énergie et de surveillance des sites industriels, mais aussi dans la thermographie et les inspections. En effet, les géomètres s’emparent de plus en plus de cette technologie, pour gagner en efficacité et en sécurité par rapport aux mesures terrain (réalisation de cartes de topographies, mesures des stocks). De plus, l’usage de drone paraît très utile pour l’agriculture de précision avec des applications comme la réalisation de cartes de vigueur de la mesure 3D de la végétation dans le domaine viticole. Ce rôle historiquement rempli par le satellite est aujourd’hui complété par le drone qui permet de couvrir les «zones d’ombre» du satellite d’un point de vue spatial ou temporel.

D4

Néanmoins, le marché rencontre aujourd’hui certaines limites d’ordre : réglementaire (limitation d’altitude et donc de surface couverte, déclaration des vols requise 24 heures avant l’exécution du vol, nécessité d’un télépilote qualifié pour les vols hors vue automatiques) ; technologique (manque d’autonomie, et de fiabilité) ; et structurel (acteurs de petite taille, faible maillage d’opérateurs pour couvrir des projets d’envergure nationale).
Cependant, les utilisateurs les plus influents (les grands gestionnaires de réseaux) poussent les acteurs du marché à identifier des solutions, à l’image de la SNCF. En 2015, cette dernière a recouru à plusieurs prestataires spécialisés pour inspecter les parois rocheuses risquant de s’ébouler sur les voies ferrées. De plus, Amazon a dévoilé un prototype avec lequel il compte livrer, en une trentaine de minutes, les colis commandés sur son site d’e-commerce. Toutefois, le géant américain du commerce en ligne n’a fourni aucune précision sur la mise en service de ce drone.

II. Réflexions sur les indicateurs financiers

1/ Le bilan des six premiers mois de 2016 :

Le 15 octobre 2016, Delta Drone a publié sur son site internet les résultats des six premiers mois de 2016 et le moins que l’on puisse dire est que l’activité réalisée au cours du 1er semestre 2016, ne reflète que partiellement le rythme de développement du groupe. Ainsi, en découle quelques points principaux :
– Le chiffre d’affaires s’élève à 498 K€ mais ce CA masque la montée en puissance de tous les secteurs adressés
– Le résultat net est une perte de 4 763 K€, contre une perte de 2 924 K€ au 30 juin 2015, soit un écart de 1 839 K€

Ces mauvais résultats s’expliquent par le changement de gouvernance intervenu le 28 mai 2014 qui avait ouvert une période 2014 – 2016 assez compliquée pour le groupe. Néanmoins, le plan de réorganisation et de restauration des équilibres financiers semblent être terminé et tous les éléments sont aujourd’hui en place pour engager une période de croissance forte, résolument axée sur un développement international. Le semestre qui vient de s’achever sera ainsi le dernier au cours duquel le chiffre d’affaires consolidé est inférieur à 1M d’euros sur 6 mois. Qui plus est, l’ensemble de l’exercice 2016 devrait présenter un tout autre profil : un chiffre d’affaires qui devrait dépasser les 3M d’euros avec une part significative réalisée hors de France.

2/ les perspectives 

Le 19 septembre 2016, Delta Drone annonce la signature de l’accord définitif pour l’acquisition de 100% de Rocketmine PTY Ltd, société sud-africaine leader sur son marché. Cette acquisition permet à Delta Drone de disposer d’une base solide pour renforcer son déploiement sur les marchés porteurs en Afrique du Sud.
Le 18 octobre 2016, Delta Drone et Drone Air Fly annoncent ce jour la signature d’un contrat de partenariat exclusif, visant à renforcer l’offre « métier » de Delta Drone dans le secteur de l’agriculture. Drone Air Fly et Delta Drone sont persuadées que c’est par la complémentarité des moyens d’acquisition et l’alliance des compétences qu’ils pourront améliorer les services existants mais aussi et surtout développer de nouveaux services visant des marchés complémentaires à forte valeur ajoutée.
Néanmoins, la meilleure perspective reste sa collaboration avec Orange. En effet, le 24 janvier 2017, Christian Viguié déclare qu’après avoir réalisé l’inspection de 141 sites d’antennes du réseau mobile Orange en 2016, Delta Drone poursuit en 2017 sa collaboration avec l’opérateur. Cette déclaration a eu de facto un impact sur l’action puisque Delta Drone a pris 11% à 1,12 euro dans un volume étoffé de plus d’un million de pièces, soit près de 4% du capital négocié.
Pour autant, malgré toutes ces perspectives positives qui s’annoncent pour Delta Drone, il est bon de relever le principal risque que le groupe devra faire face à l’avenir : le risque lié au taux de change. En effet, le Groupe est jusqu’à présent peu exposé au risque de change, compte tenu de la phase de démarrage de ses activités à l’international. Dès lors que ces flux deviendront plus significatifs, le groupe sera exposé au risque de change. Concernant les achats, ils sont tous réalisés en euros, la plupart auprès de fournisseurs et sous-traitants français. Toutefois, compte tenu du démarrage des activités des filiales DELTA DRONE AMERICA aux Etats-Unis et DELTA DRONE AFRICA en Afrique du Sud, ainsi que de l’acquisition de Rocketmine en Afrique du Sud, la Société pourrait à l’avenir être exposée à un risque dollar et rand.

3/ Données financières

D5

Primo, tous les chiffres confirment l’accélération de la construction du groupe. Aussi bien les dotations aux amortissements que les charges de personnel caractéristiques du développement d’un groupe ont augmenté de plus de 50%. Ces chiffres confirment la stratégie mise en place par Delta Drone depuis 2014 :la refondation en 2014, le développement en 2015 et le déploiement en 2016. Mais nul doute que le développement du groupe se voit avec le flux de trésorerie liés aux investissements. En effet, Delta Drone a plus investi au S1 2016 que lors de toute l’année 2015 (1,1M d’euros contre 923K d’euros). Par exemple, fin 2016, Delta Drone a investi 1M d’euros dans la start-up Donecle qui est membre du pôle de compétitivité Aerospace Valley. Ou encore, fin juillet, le groupe a finalisé l’acquisition de société sud-africaine RocketMine.
Deuxio, le CA a augmenté de 25% entre le S1 2015 et le S1 2016 et ceci peut s’expliquer par un carnet de commandes plus rempli (augmentation de 82% du produit d’exploitation au S1 2016). Mais si le résultat net reste décevant, il traduit seulement l’évolution du résultat d’exploitation (-3 937K d’euros) et la prise en compte de l’amortissement de l’écart d’acquisition issu de l’opération Fly-n-Sense. Plus précisément, Les résultats ont été plombés par une augmentation des charges de 1,3M d’euros, liée notamment aux coûts liés au démarrage de Delta Drone America aux Etats-Unis et de Delta Drone Maroc à Casablanca.
Tercio, Delta Drone maintient un bon niveau de trésorerie car elle s’établit à 7,2M d’euros. Ainsi, au S1 2016, la trésorerie 46,8% du total de l’actif du bilan. Mais qu’est-ce qui explique cette trésorie solide ? Fin décembre 2014, Delta Drone a signé avec le fonds d’investissement américain Yorkvill Advisors représentant 30M d’euros de ressources additionnelles. Cette aide financière a permis d’une part d’avoir une bonne trésorerie mais également de prendre des positions dans des sociétés, de poursuivre son développement internationational et de financer les charges d’exploitation. Ainsi, depuis 2013, le Groupe a investi au total 6,5M d’euros.
Par conséquent, à l’aune de ces nouvelles opérations, Delta Drone confirme sa croissance. Si le groupe atteint ses objectifs, Delta Drone se positionnera parmi les entreprises leader au plan mondial sur le marché des drones civils à usage professionnel. Mieux, Delta Drone est aujourd’hui en mesure de se fixer un objectif de 7M d’euros de chiffre d’affaires consolidé pour 2017 dont plus de 30% provenant des activités internationales (principalement Etats-Unis et Afrique du Sud). Ce CA serait réparti de la manière suivante :

D6

4/ Etude comparative

Au niveau mondial, DJI est le leader incontesté du secteur de la fabrication des drones, essentiellement de loisirs :
– DJI (430M euros de CA 2016 Chine, non coté) : le constructeur chinois de drones grand public a développé une gamme professionnelle avec une forte présence dans l’audiovisuel, il veut développer des solutions software pour inciter les développeurs à proposer de nouvelles applications dans les secteurs de l’agriculture et l’énergie
– Parrot (259M euros de CA 2016) : Il propose des dispositifs de connectivité embarqués aux constructeurs et des produits électroniques multimédias. Il a démarré dans les drones civils grand public et a construit une offre professionnelle
– 3D Robotics (16M euros de CA en 2016) : constructeur américain de drones à usage de loisir et professionnel.

En France, environ 1 500 entreprises sont autorisés à faire voler des drones à des fins professionnelles. Néanmoins, quelques entreprises figurent parmi les leaders du secteur. Nous pouvons en dégager 3 qui sont d’ailleurs les 3 seules cotées en bourse.

D7

Avec un CA bien inférieur à celui de Parrot, Delta Drone se positionne derrière ce mastodonte du marché. Néanmoins, avec un CA en constante croissance, Delta Drone reste un des acteurs majeurs de ce secteur. Rappelons d’ailleurs que Delta Drone est le groupe qui connaît la plus forte croissance depuis 2016.
Il aurait été bon également de regarder le PER qui permet d’évaluer la valeur d’un titre par rapport aux prix des titres de sociétés du même secteur : plus le PER est faible, plus l’action est considérée comme bon marché. Néanmoins, ici, nous sommes face à des sociétés ayant subi des pertes donc par convention le ratio n’est pas défini.

IV. Analyse chartiste

Au 22 févier 2017, le cours de Delta Drone (ALDR) est à 1,06EUR, soit une baisse de 1,85% par rapport au 21 février 2017. La faible publication des résultats de l’entreprise et la publication du premier semestre 2016 ont été ressentis dans le cours. En effet, on peut voir (dans le graphique ci-dessous) que depuis juin 2016, on assiste à une tendance baissière et un cours qui ne cesse de dégringoler, atteignant à chaque fois un nouveau record historique au plus bas, passant d’un titre à 1,33EUR un titre à 0,89EUR (soit une baisse de 1,63% en 5 mois). Si le 19 décembre 2016, le titre est passé au dessus de barre des 1EUR, ceci peut s’expliquer par la décision de transférer les actions du groupe sur le groupe de cotation E2 d’Alternext Paris. Après avoir frappé la résistance et le support durant cette période de congestion, cette soudaine hausse s’est traduite naturellement par une rupture de la résistance mais également une sortie des bandes de Bollinger. Ainsi, depuis fin décembre, une constante hausse est à noter dont le début a marqué par le passage de la MM(20) au-dessus de la MM(50) ce qui signifie que la valeur entame un cycle haussier. Cette tendance haussière s’est traduite par une augmentation de 3,92% depuis le début de l’année 2017. L’annonce du 23 janvier 2017 concernant la poursuite de la collaboration avec Orange a eu son impact puisque le cours a connu une hausse de 24% ce jour là.

Le MACD est positif mais inférieur à sa ligne de signal. L’orientation globalement positive du tire est confortée par plusieurs signaux positifs sur les indicateurs et notamment : le passage en hausse de la MM20, le passage en hausse de la MM100 qui conforte l’idée d’un investissement à long terme, la sortie par le haut des bandes de Bollinger, le signal d’achat sur la MACD qui a cassé son signal à la hausse.

D8

Notons d’ailleurs la surprenante envolée de 44% de l’action le 26 mai 2016. Une flambée réalisée sans actualité particulière, alors que les volumes ont été particulièrement étoffés. En effet, la dernière actualité de Delta Drone était l’annonce faite le 25 avril de la signature d’un accord avec le groupe de transport et de logistique Geodis visant à développer en commun une solution d`inventaire automatisé en entrepôts reposant sur l`utilisation de drones. Il faut remonter au 17 février dernier pour observer un engouement aussi massif. Le titre s’était ce jour là envolé de 89,6% sans raison particulière non plus.

Enfin, si l’on étudie un graphe comparatif, on s’aperçoit que Delta Drone arrive à bien tirer son épingle du jeu. Actuellement, les performances du géant Parrot sont en baisse : cela peut s’expliquer par la dégradation des ventes qui n’a cessé de s’aggraver au cours de l’année et s’est soldée, sur les trois premiers trimestres de 2016, par une perte cumulée frisant les 100 millions d’euros. Néanmoins, Delta Drone devra à l’avenir se méfier de son concurrent Drone Volt. En effet, le titre de Drone Volt a bondi de plus de 7% depuis le 1er janvier 2017 à 1,21 euros après avoir annoncé un quasi doublement de son chiffre d’affaires en 2016, soit une croissance de 90% à 6,8 millions d’euros. Cette excellente performance commerciale témoigne du succès de la stratégie du constructeur français de drones professionnels, et notamment du déploiement à l’international.

D9

VI. CONCLUSION

Ainsi, Delta Drone dispose de nombreuses opportunités pour les prochains mois à venir et semble avoir donné quelques signes de confiance pour les investisseurs notamment sur la restructuration du groupe et sa volonté de s’implanter sur des marchés extranationaux. Pour les années à venir, des opérations de croissance externe ciblées peuvent permettre d’accélérer ces acquisitions de compétences. Mais de manière générale, il est bon de rappeler que comme tout star-up, son titre est particulièrement volatil ce qui peut être de bonne augure si l’on veut investir à court terme.

Si le titre reste baissier sur un horizon de court terme il s’affiche en hausse sur le moyen terme. En adoptant une vision de plus longue portée (moyenne mobile 100 jours), la tendance de fond est positive. La valeur sera néanmoins à surveiller de près car quelques nuages apparaissent du côté des indicateurs techniques tels que : le MACD qui reste coincée sous son signal, la nette baisse des volumes depuis une semaine. De ce fait, après avoir étudié de près le marché du drone civil, analysé les résultats financiers de Delta Drone et mené une analyse chartiste, nous conseillons d’acheter cette valeur.

Cette recommandation prend d’ailleurs tout son sens depuis le 23 décembre 2016, date à laquelle Delta Drone a été reconnu « entreprise innovante » par Bpifrance et ce pour 3 ans. Cette obtention récompense la pertinence et l’implication du groupe dans la R&D pour concevoir des solutions à destination des marchés cibles : agriculture, inspection industrielle…

Sources: …
Une analyse sponsorisée par notre partenaire Moneta Asset Management.moneta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s